CULTURE | Prix Goncourt et Renaudot 2020, la camerounaise Djaïli Amadou Amal ne touche pas le graal !

     CULTURE | Prix Goncourt et Renaudot 2020, la camerounaise Djaïli Amadou Amal ne touche pas le graal !

    Ce lundi midi, le prix le plus prestigieux de la littérature française a été décerné à Hervé Le Tellier pour « L’Anomalie ». Outre d’être publié chez Gallimard, une maison d’édition souvent récompensée, ce livre bâti comme un savant jeu de construction et au suspense haletant, a pour lui d’avoir déjà convaincu un large public.
    Hervé Le Tellier, 63 ans, mathématicien de formation, ancien journaliste et président de l’association de l’Oulipo (ouvroir de littérature potentielle), était en lice avec trois autres écrivains : Djaïli Amadou Amal avec son roman les impatientes, Camille de Toledo avec son oeuvre Thésée, sa vie nouvelle, et Maël Renouard avec son roman L’historiographie du royaume.
    Quelques minutes plus tard, le prix Renaudot a été décerné à Marie-Hélène Lafon, pour son roman Histoire du fils (Buchet-Chastel), une saga qui court sur un siècle, de 1908 à 2008. Le personnage principal, André, élevé par sa tante, y perce un secret de famille en explorant sa généalogie.
    Marie-Hélène Lafon, 58 ans, peu connue du grand public, est une autrice au long CV, avec déjà 13 romans à son actif. Elle est professeure de lettres classiques à Paris.
    Le Goncourt est primé à un prix symbolique de 10 euros. Le prestige se repose plutôt sur la vente du livre primé, qui s’écoule en moyenne à 400 000 exemplaires sur le marché du livre.

    florian

    Poste connexe